Jean et Jacqueline Reig

Producteur de pêche nectarine, cerise, et amande à Bouleternère.

Nous sommes 3 à travailler sur l’exploitation, mon épouse et moi, et un salarié permanent, plus des saisonniers l’été. Ce qu’on apprécie c’est de travailler avec la terre, le contact avec la nature, avec les fruits. J’aime travailler à l’air libre, en pleine Tramontane. L’agriculteur est lié à la nature. On plante un arbre, et on le suit toute sa vie. On voit son évolution. On le voit à chaque saison. On les regarde grandir. Un végétal, c’est un peu pareil qu’un animal. On les connait. On a le sens de l’observation très aiguisée en fait.
Parce qu’on a une mosaïque de parcelles, des terres différentes, et différentes variétés. Donc on adapte le végétal au terroir.
Quand on cueille, on garde le meilleur pour envoyer aux clients. Le reste on le transforme. On essaie d’avoir zéro déchets.
A la taille, on choisit de beaux rameaux, pour que l’arbre soit équilibré pour la future récolte. L’éclaircissage est très important, pour avoir de beaux calibres.
Et enfin à la cueillette, on le fait méticuleusement, pour ne pas abimer le fruit et sortir le meilleur fruit.
On fait le maximum pour avoir de belles récoltes. On est des exploitations familiales, à taille humaine. C’est en fait un travail artisanal.

Notre métier est complexe. Il y a parfois des attaques d’insectes, comme la Drosophile sur la cerise. On essaie de protéger les fruits en respectant au maximum l’environnement, par des méthodes de lutte intégrée. En groupe, c’est plaisant, parce que dès qu’un de nous trouve quelque chose d’intéressant, il le diffuse vers les autres producteurs. Tout seul on est trop pris. Le but de la coopérative, c’est d’avoir une plus grande force, notamment commerciale. Et en plus ça permet de regrouper nos idées et nos manières de travailler.
L’amande est un produit très intéressant et récent pour nous. L’amandier est assez robuste. On a là un très beau produit, qui a de l’avenir.
La grenade est bien adaptée au climat méditerranéen. Ce sont des espèces rustiques, et les fruits sont appréciés des consommateurs.
« Une fois cueillie la grenade n’évolue plus. Il est donc primordial d’approcher au maximum de l’optimum gustatif avant de cueillir le fruit. Cela est d’autant plus délicat que ce fruit est très sensible à l’éclatement et que s’il pleut (n’oublions pas que nous cueillons à l’automne) nous risquons de perdre toute la récolte »
On s’est lancés en cerise il y a quelques années, et on est en bio. La culture du pêcher est plus exigeante que les autres espèces ; on est donc passé assez facilement du pêcher au cerisier et à l’amande.

 

 

M. Jean REIG / EARL DES PYRENEES
earl.pyrenees@wanadoo.fr
(04) 68 84 18 06
(06) 13 51 25 00
Traverse des Pyrénées,
66130, BOULETERNERE.

2017-03-06T18:14:26+00:00 mars 6th, 2017|Categories: Producteurs|Tags: , , , , , , |